AG 2021 Partie publique

AG 2021 partie « publique »         Samedi 13 mars 2021
Bilan Yapluka et Municipalité de Saint Péray
Compte rendu

32 Présents :
Elus : Jacques Dubay, Agnès Quentin-Nodin, Gabriel Lambert, Sandrine Ville-Petit, David LamKam, Frédéric Gerland, Emilie Martin, Dominique Durand.
Membres Yapluka : Pascal Mantaut, Jean-Marc Chauvaux, Paul et Françoise Michalon, Dominique Perrin, Aurélie Béal, Sophie Archange, Pascal Malgouyard, Anne Bouche-Florin, Marie-Thérèse Vincent, François et Catherine Guettard, Verner et Anne Van de Voort, Béatrice Huon, Mireille Calmette, François Colom, Marius et Yvette Valli, Thomas Raoulx, Jean-Claude Favergeon.
Presse : Sarah Valla (Tain-Tournon), Véronique Graillat-Joly (Dauphiné Libéré), Françoise Peters (Hebdo de l’Ardèche).

Introduction : Dominique Perrin   

Groupe déplacement : Paul Michalon
Voir bilan ci-joint.
Intervention d’Agnès Quentin-Nodin : Remerciements pour le travail des Yaplukistes, avec notamment l’organisation des 2 jours de la veille « tous au collège en vélo ». Satisfaite de ce partenariat. Mise en place des zones test. A suivre.
Travail de fourmi, qui nécessite pas mal de pédagogie.
Le document fourni est bien travaillé. Pris en compte pour les aménagements.
Des habitants hors St Péray interpellent aussi très souvent les élus sur les aménagements routiers.
Les besoins de la CCRC et de VRD (Valence Romans Déplacements) sont parfois divergents. Concertations.
Parmi les questionnements des présents : les nouveaux aménagements semblent ne pas prioriser les déplacements cyclistes, beaucoup de béton et bitume. Des stationnements et des box pour vélos insuffisants et nécessaires. Attente de 2 ans suite à une demande pour un prêt de vélo électrique proposé par VRD. Impression de saucissonnage du parcours vélo, notamment en direction de Valence. Il manque un schéma directeur.
Il faudrait changer le logiciel : des voies pour les vélos et s’il reste de la place, une voie pour les voitures.

Antenne Toulaud : Aurélie Béal et Sophie Archange
Voir bilan ci-joint.
Une vingtaine de personnes se mobilisent sur Toulaud et ont décidé d’intégrer Yapluka qui peut apporter conseil et appui.
Gain de temps grâce à l’expérience de 4 années.
Les problèmes ne sont pas toujours les mêmes.

Groupe Energies : Jean-Marc Chauvaux
Voir bilan ci-joint.
Impatience que les choses avancent plus rapidement.
Participation aux ateliers PCAET appréciée.
Bonne coopération avec les élus.
Prochaine plaquette sur l’amélioration énergétique des logements.

Groupe Agriculture : Thomas Raoulx
Voir bilan ci-joint
Les composteurs de la place Santo Tirso vont être changés par la CCRC.
Les anciens iront au jardin partagé.
Sur 2 ou 3 ans, 40 composteurs publics devraient être installés dans la CCRC.
Pour qu’il n’y ait plus de bio-déchets dans les poubelles d’ordures ménagères.

Groupe Alimentation : Anne Bouche-Florin
Voir bilan ci-joint
Gabriel Lambert est élu référent cantine : début janvier des tests ont été mis en place pour mesurer le gaspillage dans les cantines. Le travail doit permettre de comprendre et le maîtriser le gaspillage, notamment par l’étude des menus. Se mettre en conformité (et même plus) avec la loi Egalim en 2022. Avec 50 % de bio. Des menus a 4 composants.

Débat sur la déviation : Dominique Perrin
L’enquête sur le site de Yapluka dure jusqu’au 9 avril : 93 réponses pour l’instant. Le but est de recueillir et de partager des idées et commentaires de citoyens. Ceux-ci seront publiés à l’issue de la consultation. L’invitation à répondre au commissaire enquêteur est également sur le site de Yapluka.

Groupe citoyenneté : Françoise Michalon
Voir bilan ci-joint.

Intervention de Jacques Dubay :    « Grande chance d’avoir une association comme Yapluka qui nous donne un regard extérieur.  Nos objectifs sont les mêmes : tendre vers une amélioration des choses.  Beaucoup d’élus font du bénévolat comme les bénévoles de Yapluka. Ceux qui ont des indemnités ont bien conscience que c’est de l’argent public des contribuables. Tous travaillent pour l’intérêt général. Dans l’équipe, les discussions montrent des avis divergents, mais la décision, une fois prise doit être suivie par tous. Les élus sont là pour donner un cadre général. La plus grande difficulté rencontrée est la compréhension des dossiers. Pas facile de s’y retrouver entre la surinformation et la désinformation. Trouver les bonnes infos pour avoir un bon jugement. La crise nous prive des rencontres citoyennes qu’on voulait mettre en place : budget participatif, conseil des jeunes, soirées thématiques, réunions de quartiers.
Au sujet de la déviation, il faut remonter le fil de l’histoire. Décalage complet entre les besoins d’il y a des dizaines d’années et nos préoccupations actuelles. Les processus de décision nous dépassent. Est-ce trop tard ? Modifier une décision est toujours possible. Certains projets ont été annulés au stade des appels d’offre. Avoir eu l’info du questionnaire en vue d’un débat, a été apprécié. L’argumentaire des questions est bien équilibré. Les routes départementales sont l’objet de commissions diverses, de concessionnaires et nous n’avons pas toujours gain de cause pour une cohérence d’ensemble. Nous avons besoin de plus communiquer.
La végétalisation Tassigny devant le temple : nous aurions aimé végétaliser mais à cause des réseaux sur le Merdari, seuls ont été autorisés des bacs pas très satisfaisants.
Au sujet du PCAET : frustration par l’impossibilité de débats.
Au sujet du document produit par le groupe déplacements sur le suivi des aménagements doux, nous voyons que nous ne sommes pas très bons, amélioration inférieure à 50 %. Il faut remettre dans la boucle les agents de la ville. C’est un problème de management. 180 salariés (y compris ceux de l’Ehpad de Malgazon). A revoir dans ce 2ème mandat. Il faut jongler avec les avis différents des citoyens.
La crise sanitaire nous apprend à relocaliser notre consommation. Le marché des producteurs du samedi matin. Les citoyens ont beaucoup de pouvoir.
Si tout le monde se mettait à rouler en vélo, les voitures auraient la trouille….
Nous sommes tous concernés.
Les collégiens en 5ème sont venus en mairie hier, ils ont plein d’interrogations intéressantes.
Tous ces sujets sont sur la table.
Bon boulot de Yapluka depuis 4 ans. Les espaces publics sont bien sûr toujours octroyés à l’association.
Concernant l’Energie et la solarisation des toits publics, le PLU actuel n’est pas compatible pour les 13 communes. Il faut modifier le PLU de 12 communes et c’est en cours., cela prendra 12 ou 18 mois de plus. Ceci est indépendant de notre volonté.
Les citoyens sont invités à aller sur le site de la CCRC pour donner leur avis sur le nouveau PLUIH qui sera appliqué pour les 30 ans à venir…
Pour la déviation sont en jeu le département, la région et la CCRC.  Profiter de l’enquête publique en argumentant, c’est important, et en mettant beaucoup d’attention sur la question posée. Sinon la réponse sera considérée comme HS. »

Bilan financier : Pascal Mantaut
Voir ci-joint.
Les 4700 euros en caisse montre que nos nombreuses actions sont essentiellement bénévoles. Si nous devions les rémunérer, il est clair que nos finances ne suffiraient pas.
Les adhésions (de 2 à 20 euros demandés) sont en moyenne de 10 euros. Ce qui est très bien.
Nous ne demandons toujours pas de subventions à la mairie qui nous prêtent les salles de réunions gratuitement. En plus du matériel de sonorisation pris en charge par la municipalité lors de conférences. Ces accords nous vont très bien.

Intervention de Gabriel Lambert : La végétalisation des cours d’école est en projet avancé, avec la récupération des eaux de pluie. Pour la végétalisation de la rue Jeanne d’arc et Joseph Laurent, les demandes réseaux ont été faites au niveau de la CCRC. Pour les lignes aériennes à enterrer également. Bonnes raisons de croire en cette réalisation qui sera une zone test à capitaliser pour les autres quartiers de St Péray. Cela rejoint la volonté de la municipalité de favoriser les communautés de quartier.

Fin de séance à 11 h 30.

Une vraie AG sera, espère-t-on possible en septembre, octobre….