Archives de catégorie : Uncategorized

INFOS groupe CONSO NOV 2020

Quelques infos Nature &Environnement

Pour adoucir vos longues soirées d’hiver, je invite à regarder ces beaux films sur la nature, proposés par le 34eme Festival International du Film Nature & Environnement qui a débuté le 24 novembre et se termine le 5 décembre. Au lieu de se retrouver dans des salles de cinéma, l’organisateur nous donne rendez-vous en ligne pour visionner gratuitement les films sélectionnés ! RDV donc sur https://fne2020.kinow.tv/fr/
Films de 30 minutes à 1h, voire 1h30 – diffusés à partir de 21h de lundi à jeudi… attention ! c’est du quasi-direct : on dispose de la durée du film pour commencer à le visionner (avant , c’est trop tôt; après, c’est trop tard…)

Sur la thématique des plastiques , un dossier de France Nature Environnement sur ce sujet
Pour les amateurs de BD, « Mer de plastique ? Marre des plastiques ! – En quête de solution » par France Nature Environnement Languedoc-Roussillon.
Et pour lancer un petit défi, je vous propose ce quizz en 10 questions de FNE : sur le sujet « Le plastique, ça vous emballe ? » (record à battre : 8/10 !) Emballages plastiques : pourquoi les réduire et comment les recycler ? 5 bons réflexes pour avoir moins d’emballages plastiques dans sa vie
« Tout savoir sur nos emballages plastiques » – note de synthèse de FNE de septembre 2020
«Plastique : Mieux comprendre le recyclage des emballages » – affiche réalisée par FNE

Consommer autrement (ADEME)
12 exemples en une affiche, pour consommer autrement
une petite plaquette explicative pour vous aider à moins jeter et à mieux trier

Connaitre les consignes de tri d’un lieu à un autre : https://www.consignesdetri.fr/

FILMS NATURE & ENVIRONNEMENT

Par ailleurs, je vous signale Festival la possibilité de participer depuis votre salon au 34eme Festival International du Film Nature & Environnement qui a  débuté  le 24 novembre et se termine le 5 décembre. Au lieu de se retrouver dans les salles de cinéma,  rendez-vous en ligne pour visionner gratuitement les films sélectionnés ! RDV sur https://fne2020.kinow.tv/fr/
Films de 30 minutes à 1h, voire 1h30 – diffusés à partir de 21h de lundi à jeudi… attention ! c’est du quasi-direct : on dispose de la durée du film pour commencer à le visionner (avant , c’est trop tôt; après, c’est trop tard…) 

LANCEZ Vous des DÉFIS

La CCRC RHONE CRUSSOL vous propose de travailler concrètement à une autre vie sur notre territoire …
Des actions simples pour changer ses habitudes, des liens entre habitants, des réflexions, des idées …
Deux  défis dans le cadre du TEPOS (Territoire à Énergie Positive) 
inscriptions dès maintenant et démarrage en janvier pour 6 mois.
>   Familles zéro déchet.
>  Familles à alimentation positive.
Voir détails sur le site de la CCRC.
Inscriptions (limitées à 15 familles).

 

Groupe AGRI CR 2020 11 04

Réunion par Vidéoconférence le 4 novembre 2020 à 18h00
1– Diagnostics de durabilité
Réalisés par les étudiants en licence pro de la MFR d’Anneyron sur une exploitation apicole à Saint Sylvestre.
Un apprenti de cette formation, présent au domaine Voge, réalisera également un diagnostic.
2 – Visite de la Durette
Encore reportée … cause crise sanitaire. Au printemps ?
Dominique PERRIN y est passé un week-end d’octobre ; il confirme l’intérêt de cette visite.
3 – Discussion technique
comment lutter contre les limaces ?

REFLEXIONS sur la 5G

Les champions de la Silicon Valley se comportent, eux, comme des vendeurs de cocaïne : on en vend, on en vit, mais pas de ça dans ma famille! M. Bill Gates, le créateur de Microsoft, déclare que sa femme et lui n’ont « pas donné de portables à [leurs] enfants avant leurs 14 ans »

5G, la course à quoi ?
« Pour que l’Union européenne continue de faire la course en tête, j’ai lancé sans attendre une initiative afin d’accompagner et d’accélérer nos efforts de recherche en Europe sur la 6G. » Quelle est donc la priorité de M. Thierry Breton, l’ancien patron de France Télécom, à peine nommé commissaire européen au marché intérieur ?
Non pas l’Europe sociale, non pas l’harmonisation fiscale, ces promesses agitées depuis trente ans et qui, manifestement, peuvent encore attendre.
Quelle est l’urgence pour les peuples, pour leur avenir ?
La 6G.

La 5G n’est pas encore arrivée, 40 % du territoire français ne dispose pas de la 4G mais les têtes pensantes de Bruxelles, décidément tournées vers l’avenir, préparent la 6G.
Et pourquoi ? Pour « accélérer », pour « faire la course en tête ».

La même image revenait à l’Assemblée nationale dans la bouche de Mme Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’industrie, le 30 juin dernier :
« Il y a une course, et la France risque de prendre du retard. Comme la Suède, la Finlande, l’Allemagne, les États-Unis, la Chine, la Corée, la Nouvelle-Zélande, nous allons lancer les enchères pour la 5G, cette technologie essentielle à la compétitivité du pays. Nous le faisons pour le pays, nous le faisons pour notre industrie, nous le faisons pour les Français. Faisons attention à ne pas prendre du retard sur le reste de la compétition… »

Mais quel est le sens de cette « course » ? Le bonheur, le bien commun ?
En 2018, M. Sébastien Soriano, le directeur de l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep), le gendarme des télécoms, tranchait déjà :
« Être en retard sur la 5G n’est pas une option. »
Avant de se montrer plus flou sur les finalités devant le Sénat (1er juillet 2020) : « À quoi la 5G servira-t-elle ? Mesdames et messieurs, je n’en sais rien, car c’est la société qui va décider de son utilité. »

Le cabinet Gartner, spécialisé dans les nouvelles technologies, s’en fait une idée plus précise : « Les caméras de surveillance représenteront 70 % des objets connectés en 5G en 2020 (3). » De quoi ravir M. Christophe Castaner, qui, lorsqu’il était ministre de l’intérieur, déclarait : « Nous vivons dans un enclos numérique mondial. »
Voilà qui devrait encore resserrer les barreaux.
Notre projet est de connecter tous les objets de la maison, annonçait il y a dix ans la société française de robotique Violet. On comptabilise aujourd’hui en moyenne six mille objets dans une maison, dont seulement trois — le téléphone, l’ordinateur et la télévision — sont connectés. Il en reste 5 997. »

On recense déjà des « baskets autolaçantes » (avec un « système motorisé Electro Adaptive Reactive Lacing »), un « soutien-gorge autodélaçant » (qui se dégrafe tout seul), la « fourchette antibâfrement » (avec un Slow Control, qui « vibre discrètement » si vous avalez trop vite), un « décapsuleur connecté » (afin de « partager votre expérience avec vos amis connectés »), sans oublier la bouteille d’eau qui vous rappelle de boire, le bracelet qui vous électrocute en cas de retard, la brosse à cheveux qui vous conseille les produits L’Oréal, l’anneau au pénis qui mesure vos performances sexuelles, etc. Et ce n’est qu’un début : demain, la « maison intelligente » (smart home) devrait devenir la norme.

La « ville intelligente » (smart city) (4) aussi, et en fin de compte le « monde intelligent » : « Tous les engins, les appareils, les machines et les dispositifs vont être équipés de capteurs qui vont relier chaque objet à chaque individu, en un vaste réseau numérique neural qui se déploiera dans l’ensemble de l’économie mondiale« , s’enthousiasme Jeremy Rifkin, chantre de la croissance verte et technologique, qui murmure à l’oreille des puissants et de la Commission européenne. On a calculé que, d’ici à 2030, il y aura près de 100 billions [cent mille milliards !] de capteurs qui mailleront l’environnement humain et naturel pour former un environnement intelligent mondial distribué (5). » Ça le fait rêver, ça les fait rêver. Forcément : la 5G fait miroiter un marché géant avec tous les engins, les appareils, toutes les machines à renouveler, dans des secteurs aussi divers que la téléphonie, le bâtiment et les travaux publics, l’agriculture, l’automobile — sous prétexte de sauver la planète…

Mais cela fait-il rêver les populations ?
« Maintenant, les gens commandent leurs repas en ligne, ils prennent des apéros en ligne, bientôt ils vont faire l’amour en ligne », déplore M. Thierry Martin, restaurateur amiénois. Et d’ajouter : « Avec le confinement, la société a gagné vingt ans… » Et c’est un symptôme, tout de même, que ce propos banal, de comptoir : ces « vingt ans de gagnés » ne lui apparaissent pas comme un gain, plutôt comme un recul.

Avec le télétravail, l’« école numérique », l’« université en distanciel » et, à l’inverse, les « gestes barrières », la « distanciation sociale », le « restez chez vous » (et devant vos écrans), l’épisode du Covid-19 sert d’accélérateur. Et nos dirigeants en usent bel et bien ainsi : « La France doit accélérer sur la 5G, ordonne M. Cédric O, secrétaire d’État au numérique. La crise offre l’opportunité d’une transformation plus volontaire encore (6). » Quitte à passer en force.
Car la souhaitons-nous, cette « transformation plus volontaire encore » ?
Ces caisses automatiques dans les magasins ?
Ces gares sans guichet ?
Ces agences sans agents ?
Ce programme de modernisation de l’action publique « Cap 2022 », par exemple, « 100 % des services en numérique » — dans un pays où onze millions de personnes usent peu, ou mal, d’Internet (7) ?

En France, les enfants passent déjà, en moyenne, quatre heures et onze minutes par jour devant des écrans, avec à la clé un amincissement prématuré du cortex, des retards dans le développement du langage, des perturbations du sommeil, un stress toxique, des dépressions à l’adolescence. Les champions de la Silicon Valley se comportent, eux, comme des vendeurs de cocaïne : on en vend, on en vit, mais pas de ça dans ma famille ! M. Bill Gates, le créateur de Microsoft, déclare que sa femme et lui n’ont « pas donné de portables à [leurs] enfants avant leurs 14 ans »
(The Mirror, 21 avril 2017). Un ancien cadre dirigeant de Facebook, M. Chamath Palihapitiya, défend aux siens « de toucher à cette merde » (The Verge, 11 décembre 2017).

Et fleurissent en Californie, pour cette hyperclasse, les « écoles alternatives », sans écran, guidées par l’idée selon laquelle l’épanouissement dépend du nombre, de l’intensité et de la qualité des contacts humains…

« Depuis qu’ils ont installé la commande vocale, quand je rentre chez moi, ça me rend nerveux avec mes enfants, avec ma femme. Je leur dis “Répétez. Répétez”, comme si je causais à des machines. » Arnaud est cariste dans un entrepôt Auchan et, le 8 octobre dernier, il bloquait l’entrée du centre logistique d’Amiens. « Avec les algorithmes, l’intelligence artificielle, les balises à bord des camions, ils arrivent à gratter sur toutes les pauses, sur tous les temps morts. On ne respire plus. Et grâce à ça, maintenant, ils suppriment cinquante-quatre postes ici. Mais ma fiche de paie, elle, est toujours à 1 207 euros, avec vingt et un ans d’ancienneté ! »

Les dirigeants d’entreprise et leurs actionnaires ont raflé la mise de ces technologies qui facilitent les flux d’informations, de marchandises, de capitaux, à travers les océans et les continents, outils de la mondialisation, des délocalisations. Mais qu’ont gagné les salariés aux derniers « progrès » ? Que gagneront-ils aux suivants ?

« Pendant les “trente glorieuses”, nous explique le philosophe Dominique Bourg, les avancées techniques ont produit une amélioration du bien-être, et pour tout le monde : l’eau courante, l’électricité, la machine à laver, la salle de bains, les toilettes dans l’appartement, le réfrigérateur… Mais, une fois qu’on a un frigo, a-t-on besoin d’un deuxième, et a-t-on besoin qu’il soit connecté à son téléphone ? »

La 5G intervient dans un moment d’usure du progrès : le plus ne signifie plus le mieux. Depuis les années 1970, le produit intérieur brut (PIB) français a augmenté de moitié. Mais les indices de bien-être, eux, n’ont pas suivi ; le bonheur subjectif n’a pas bougé. La méfiance croît vis-à-vis d’une technologie hors de contrôle, susceptible de se retourner contre l’humanité. Notre puissance nous revient comme un boomerang avec le réchauffement climatique et son lot de catastrophes liées aux activités humaines. En trente ans — en une génération —, 80 % des insectes, 60 % des vertébrés auraient disparu (8) : notre « science sans conscience » ne ruine pas seulement l’âme, mais aussi l’air, la terre, la mer, le vivant.

La convention citoyenne pour le climat, instaurée par le chef de l’État lui-même, et dont il assurait que les recommandations seraient reprises « sans filtre », a voté ce printemps à 98 % pour « instaurer un moratoire sur la mise en place de la 5G en attendant les résultats de l’évaluation » de ses effets sur la santé et le climat. Mais, avant même d’être ouvert, le débat était tranché. Recevant le gratin de la French Tech à l’Élysée le 14 septembre dernier, M. Emmanuel Macron s’enflammait, en président de la « start-up nation » : « Oui, la France va prendre le tournant de la 5G parce que c’est le tournant de l’innovation… » Et de renvoyer les sceptiques, les critiques, au « modèle amish » et à la « lampe à huile ».

« Cette technologie qui promet de bouleverser la société, l’emploi, l’éducation, les transports, et jusqu’à notre intimité, ne fera donc l’objet d’aucune délibération, d’aucune consultation. Quelle est cette « course », alors, que prônent nos gouvernants ? C’est une fuite en avant. Ils sont pressés. Pas le temps de discuter. Car, dans cette « course », c’est évident : la démocratie fait perdre du temps. Et le temps, c’est de l’argent.« 
Cyril Pocréaux & François Ruffin , respectivement député et rédacteur à Fakir.

DEPLAcements doux sur le pont mistral

Le Collectif « Place aux modes doux sur le pont Mistral » s’est créé cet été, afin de promouvoir un aménagement ambitieux pour les modes doux, sur le pont. (Plaquette de présentation du projet en PJ).
Nous avons dors et déjà rencontré certains d’entre vous pour leur présenter ce projet et avons pu échanger avec les élus de Saint-Péray lors de la fête du vélo.
Nous avons envoyé notre proposition aux élus concernés par ce projet.
Les élus de la CCRC nous propose une réunion le 17 novembre prochain !
Nous ne manquerons pas de vous faire part de ce qu’il s’y est dit, et nous l’espérons, des avancées obtenues !!
Si vous souhaitez nous faire part de remarques éventuelles sur le projet, ou de solutions nouvelles, n’hésitez pas à vous manifester d’ici à mardi prochain.
A très vite,
Sarah Bertolotti pour le Collectif « place aux modes doux sur le pont Mistral »   : s.bbz.berto@gmail.com
 

PLAN CLIMAT AIR ENERGIE

Jean Marc, membre du CA de Yapluka, participe à des réunions au sein de la communauté de communes Rhône-Crussol. Il suit plus particulièrement le plan climat air énergie territorial PCAET. ll nous infome de cette première étape importante : la présentation du diagnostic.

La communication est des plus restreinte pour l’instant : via facebook ! Soyons nombreux néanmoins à rejoindre cette rencontre en visio, car c’est l’avenir de notre territoire qui est en jeu.

Ensuite nous pourrons réagir….

  • le lundi 16 novembre en visio sur l’application ZOOM de 18h à 19h30.
    La Communauté de Communes Rhône-Crussol (CCRC) va présenter le diagnostic de son Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET).

Extrait du facebook de la CCRC :

PRÉSENTATION DU PLAN CLIMAT AIR ÉNERGIE TERRITORIAL DE RHÔNE CRUSSOL 
Quelle consommation d’énergie avons-nous ?
Quelles énergies renouvelables aujourd’hui et pour demain ?
Et la Qualité de l’air ?
Demain le changement climatique chez nous ?
Habitants des 13 communes qui composent le territoire INSCRIVEZ-VOUS dès à présent à la présentation du diagnostic, qui se déroulera en ligne, le 16/11 de 18h à 19h30 Vous pourrez réagir, poser vos questions et échanger avec nous.

Voir plus de détails :   https://www.facebook.com/CommunautedecommunesRhoneCrussol/posts/2146408075491556

Pour vous inscrire : https://lm.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fus02web.zoom.us%2Fwebinar%2Fregister%2FWN_up_e8BR6T56LF5cYErMTQg%3Ffbclid%3DIwAR3XyRnKEJ1DtM8hoX4GjLosz4qn417l_RsIVGAD1i1q-47u0xV5ZUf5GiQ&h=AT3GUUcm_GNuoC-xS8J0JsEhAl2rJzvyDJIelmfWjrJKed1TAdRp5oBUx4c7QnahvgyTg1epqn5kUB_ziU7cupCHK1HkpmEZxzCdnHubCNUhLvEIVA5sl9bec2ep4ycj0vx4cpA0bFZGMACDwyY
Une fois inscrit vous recevrez un mail de confirmation avec le lien de la Web conférence pour le 16 et une adresse mail pour poser des questions en amont.

  • Le lundi 23 novembre à 18h, en visio, les associations seront invitées à un atelier « Destination TEPOS »
    Cet atelier sera limité à  25 personnes, les modalités restent à préciser
    L’accès sera donc limité à un nombre de participants par association.
    Il faudrait au moins être 2 pour YAPLUKA et porter les visions et propositions sur nos différents thèmes de prédilection ?
  • 2 défis TEPOS (Territoire à Energie Positive) : inscriptions dès maintenant et démarrage en janvier pour 6 mois.
    Familles zéro déchet.
    Familles à alimentation positive.
    Voir détails sur le site de la CCRC.
    https://www.rhonecrussol.fr/autres/toute-l-actu/defi-famille.html
    Inscriptions (limitées à 15 familles).
    www.rhonecrussol.fr/defi-familles 

 

TOULAUD CR 2020 10 16

Compte rendu 16 octobre 
 
                             1—La fête du 14 novembre est reportée en avril
Cette fête semble dans un premier temps importante à maintenir dans un contexte où le lien social est rompu mais plusieurs obstacles se dressent: d une part nous n avons aucune installation en dur pour se mettre a l abri du froid, dans le même temps elle risque de ne pas toucher beaucoup de monde vu le contexte sanitaire et les restrictions sur les rassemblements, de plus la préfecture interdit les buvettes actuellement et enfin la première impression , image véhiculée par l’association Yapluka au sein du village risque de résonner négativement.
Perspectives
Pourquoi pas se lier avec le CMCL (Culture et loisirs) qui a un événement de prévu sur Toulaud a cette période et qui serait en lien avec notre démarche
                              2—Création d une association YAPLUKA Toulaud 
Nous créons une association sur Toulaud pour régulariser le statut administratif.
Ceci nous permettra de prétendre à une subvention de la commune, de pouvoir réserver la salle de réunion gratuitement et de manière pérenne, d obtenir un chéquier au nom de l association pour verser les cautions et engager des frais sans aller chercher celui de St Péray, de donner un statut aux personnes responsables des événements et de faire des démarches au nom d une association identifiée.
Quatre personnes se sont portées volontaires pour être dans le bureau. Voici la répartition : 
Sophie ARCHANGE et Amélie CERANTOLA   Co secrétaires 
Julie LOCATELLI  Trésorière 
Aurélie BEAL Présidente     
Ces mêmes personnes se chargent de monter le dossier 
 
                    3— Réflexions sur la communication vis à vis des habitants
    On peut entrer en contact de différentes manières : 
1- En délivrant une Information
2- Par la concertation , sur le plan climat par exemple, en réalisant un questionnaire sur l éclairage public pour connaître la position des habitants à ce sujet.
3- Par la sensibilisation avec des ateliers, expos, troc
4- Par des actions de terrain qui valorisent notre village: vegetalisation, composteur communal, zone de gratuité, apéros citoyens
Il est nécessaire d impulser la concertation des habitants pour que chacun puisse être représenté, entendu et par le même temps responsable et acteur dans les décisions prises à l échelle locale ou plus large. 
 
                                              4—-Le plan climat 
Nous attendons « le cadrage » pour cette transition énergétique . Nous participons prochainement à un atelier de formation sur l énergie  Date à définir . Jean Claude se charge de prendre le rendez vous   
 
                                             5—-Éclairage public 
Remarques diverses : Ou éclaire t on ? avec quelles lampes ? Peut on jouer sur l intensité ? Que se passe t il si la population préfère l éclairage publique ? 
Chiffrer l économie pour réinvestir 
Bilan -Rediscuter du plan d éclairage à ToulaudConstruire un questionnaire de concertation et voir avec St peray, Granges, Boffres….pour un travail concomitant ?                                  
 
6 — Le composteur communal
Nous déposons un dossier de demande de composteur collectif auprès de la com de com avant le 31 Décembre pour bénéficier d une prise en charge par la communauté de communes et par le département 07. Nous pourrions ainsi bénéficier de l accompagnement d un maître composteur pendant 1 anSophie, Julie, Aurélie se chargent de monter le dossier  
 
                                  7—Rencontre avec le maire 
—— Afin de présenter l association
——Pour convenir d un partenariat avec la commune pour lancer des démarches telles que le compostage collectif ou une enquête publique sur l éclairage à Toulaud et pour toutes celles à venir…

 

                                       8 —site internet

Un site internet est en cours de fabrication pour échanger nos infos et dossiers au sein du groupe et dans un second temps pour communiquer avec les membres ou habitants. Lorsqu il sera prêt il pourra permettre également de lien avec les autres groupes de Yapluka.

                                      9 —-proposition d une plaquette pour présenter Yapluka

ANTENNE RELAIS à SOYONS

Déploiement de la 5G en Rhône Crussol
Les faits : Free s’apprête à installer une antenne relais de 24 m de haut ( l’équivalent de 8 étages) au lieu dit « la Bergeronne » entre Soyons et Toulaud. La déclaration préalable a été déposée le 25 septembre 2020 en mairie de Soyons portant ainsi la contestation possible au 25 novembre 2020. Mais ce n’est que récemment, début novembre, que le voisinage et les habitants ont découvert le projet.
Aussi un collectif de citoyens vient de se créer pour lutter contre ce déploiement intempestif et arbitraire. Vous pouvez le rejoindre grâce à cette adresse mail : lejardindetoulaud@wanadoo.fr

Quelques informations pour alimenter le débat nécessaire :

Le 12 septembre dernier de nombreux élus ont appelé à un moratoire sur la 5G et à un débat démocratique sur le sujet. Le gouvernement a répondu négativement à cette demande. Aussi les maires sont actuellement contraints d’accepter ces pylônes même en cas de profond désaccord . Seules les règles d’urbanisme peuvent parfois faire Loi et retarder ou annuler le projet.
Pourtant les sources d’inquiétude sont nombreuses et elles nous invitent à questionner ces technologies avant de les installer dans notre quotidien.

> Au niveau sanitaire une étude complète de l’ANSES est en cours et les résultats sont très attendus pour dresser un bilan objectif sur les risques éventuels liés à la 5G.
Peu-être, aurait-il été judicieux de différer le déploiement en attendant ?

> Au niveau environnemental, la 5 G constitue un gouffre énergétique et va à l’encontre du développement durable. D’une part, Il va falloir multiplier les antennes relais, mettre en place plusieurs milliards de terminaux mobiles à l’échelle mondiale, renouveler les smartphones pour assurer la compatibilité avec la 5G. D autre part, l’hyper connexion visée implique mécaniquement une augmentation de la consommation énergétique au sein de la société ( voitures autonomes, le e-sport, télémédecine, croissance des usages vidéos, objets connectés, intelligence artificielle…) et une augmentation insidieuse du temps d écran pour chacun d entre nous…

> Au niveau sécuritaire. La 5 G facilite l’usage des caméras de surveillance et des drones. Elle pourrait contribuer à l’émergence d’une société de contrôle sous bien des formes.
Certes, si la 5G se déploie certaines applications intéressantes verront le jour et nous serons nombreux à utiliser les nouvelles possibilités offertes. Mais la question à se poser est « en a-t-on vraiment besoin au regard des conséquences collatérales désastreuses ? » Nous pourrions faire le choix de « Laisser à nos enfants un monde potentiellement vivable » Aurélien Barrau

Aurélie BEAL, membre de Yapluka et citoyenne de Toulaud